A. KIRPITCHNIKOV — LES ARMES DE LA RUSSTE MEDTEVALE

К оглавлению книги «Доспех, комплекс боевых средств IX—XIII вв.» | К следующей главе

Volume 3 Les deux premiers sont publies en 1966

RESUME

L’ARMURE, ENSEMBLE DES ARMES ET DES ARMURES ET LEUR UTILISATION, TX—XIIIe STECLES

L’ARMURE

Chapitre 1. LES COTTES DE MAILLES ET DES FANSIERES (112 exemplaires, pieces entieres et fragments)

Les slaves orientaux ont emprunte cette maniere de proteger le corps aux peuples d’Orient ainsi que, el cela surtout, aux Germains.
D’habitude, les anneaux des cottes de mailles sont alternativement soudes et rives.

Aux XII—XIIIe ss. on voit apparaitre les cottes de mailles uniquement en anneaux soudes et les bas faits de petits anneaux de fer. Alors les cot¬tes de mailles deviennent longues a mi-jambe et leurs anneaux-aplatis. Simultanement avec la cotte de mailles etaient en usage les broignes, fabriquees de plaques metalliques. Les plaques de cette sorte, approximativement des 26 armures des IX— XIIIe ss. etaient decouvertes dans 18 points geo- graphiques de la Russie.

Les plaques s’etaient liees par les courroies (lamellar armoure). Une autre construction consi- stait de l’armure en ecailles (scale armour). Au XIIIe siecle surviennent les brigandines, com- posees de grandes et longues bandes, les jambieres et les brassards.

Chapitre 2. LES HEAUMES (37 exemplaires et leurs parties)

Les heaumes dos slaves orientaux remontent aux anciens exemples asiatiques. C’est au Xe siecle que se forme un heaume modeles pheroconique et dore, qui demeure longtemps en usage des guerriers feodaux (type I).

Les heaumes du combat etaient aussi en vogue chez certains voisins occidentaux de la Russie. II parait, que l’Etat de Kiev etait un des pays intermediaire, qui fit connaitre aux chevaliers de l’Europe occidentale le heaume conique d’Asie (type I). Aux XII—XIIIe siecles sont repandus les heaumes des formes communes pour les russes ainsi que pour les nomades. Ce que le poids des ar- mes augmente fait naitre les heaumes aux visieres et aux loups. L’affinite des heaumes russes et de ceux do l’Orient etait mise au monde par les parti- cularites de la tactique du combat a cheval et par l’usage du sabre.

Chapitre 3 LES BOUCLIERS

Les boucliers du Xe s. (on avait trouve les restes de 23 exemplaires) etaient de preference ronds, pourvus du liseres metalliques et d’umbons spheri- ques et spheroconiques. Aux environs de Г an 1000, dans toute l’Europe, la Russie y comprise, on voit paraitre le boucliers de cavalerie de forme d’amande. Vers la fin du XIIe siecle il se reduit de dimension, perd ses parties metalliques, et l’on peut on ma- nipuler lors du combat d’une maniere active. Dans le deuxieme tiere du XIIIe siecle les boucliers en forme d’amande se transforment en ceux de forme triangulaire.

L’ENSEMBLE DES ARMES ET DES ARMURES ET LEUR UTILISATION

Chapitre 1 L’ENSEMBLE D’ARMEMENT RUSSE MEDTEVALE
D’APRES LES MONUMENTS ARCHEOLOGTQUES

On y confronte l’armement, provenant de 1305 sepulcres et de 100 cites. Avec cela, on etab- lit le lieu et la destination d’une espece d’arme et les combinaisons simultanees et communes, dans lesquelles on trouve les armes differentes. Une analyse des objets munis de pieces de guerre per¬mit non seulement de se faire une idee de l’equipe- ment technique des troupes, mais aussi de juger jusqu’a quel point la societe fut-elle militarisee.

Chapitre 2. LARMEMENT ET LES TROUPES AU DEBUT DU MOYEN AGE

Sont envisages: le role et l’importance de l’infanterie et de la cavalerie pendant les diverses periodes de revolution de la Russie, le temps ou la cavalerie est apparue en qualite dos troupes de masse; l’infanterie et la cavalerie au Nord et au Sud du pays, la repartition des troupes selon le genre et l’espece de l’armement et leur equipement. Ensuite, on caracterise l’utilisation des armes aux stades differents de la bataille, et l’on reconstruit la su¬ccession en usage des armes offensives et, surtout, la maniere particuliere de s’en servir. Les arcs et les fleches s’etaient employes quand les troupes etant en guerre s’approchaient; les lances — par excellence — au moment de la premiere ruee dans un ordre regulier, ainsi que pendant la poursuite; les glaives, les sabres, les haches de querre, les massues, les fleaux d’armes furent mis en reuvre au combat corps a corps.

Les etapes historiques et les voies de developpement de l’ancienne technique militaire russe.

Aux IX—Xe ss., simultanement avec la formation de l’Etat, une revolution techique eut lieu, dont la suite fut un rearmement complet des troupes.

C’est a cette epoque que fut cree l’arsenal mi- litaire de la Russie, qui subissait ensuite une mo¬dification graduelle.
Les armes du combat corps a corps, par exce¬llence l’arme perfortante et hachee, deviennent de plus en plus importantes pour l’issue de la bataille. A partir du XIe siecle une valeur de plus en plus grande est attachee aux cavaliers armes de lance, qui etaient en base de la classe dirigeante et le noyau de la drougine.
La technique militaire russe atteignit une puis¬sance extraordinaire a la deuxieme moitie du XII — premiere moitie du XIIIe siecle. Chaque delai de 50 ans fournit un ensemble de nouveautes techniques (lourdes lances-epieu, crocs a l’arbalete, cottes de mailles en anneaux plats, heaumes a vi- siere, calottes defensives des chevaux, eperons a ruelle).

Une union contraste des moyens du combat de cavalerie et d’infanterie caracterisait la Russie. Les traits de l’Orient et de l’Occident se trouvaient heureusement reunis en moyen du combat de l’Etat de Kiev, ce que formait quelque chose d’extraordinaire dans une ambiance eurasienne.

Aux IX—Xe ss. on pouvait trouver plusieurs traits communs dans les armements et dans les procedes militaires de la Russie et d’autres Etat europeens, a titre d’exemple — la preponderence du combat d’infanterie. A partir du XIe siecle, on voit apparaitre les distinctions, qui, en ce qui concerne la Russie, consistaient en existence d’une infanterie active, en emploi en masse do la cavalerie legere et des moyens rapides du combat a cheval: des sabres, des arcs et des fleches, des massues et des fleaux d’armes. Cependant, encore aux XII— XIIIe ss., en Russie, ainsi qu’en Occident, les pi¬ques, les eperons, les armures en anneaux, les boucliers, les selles, les arbaletes, les ballistes, la division en detachements de tactique, les procedes du combat aux piques furent les memes.

Pendant la periode, ou se formait l’Etat de Kiev, les armuriers et les guerriers russes se furent rendus de meilleurs echantillons des armes etran- geres. Aux XI—XIIIe ss. le metier de guerre local devient de lui-meme une source puissante d’in- fluences techniques sur les voisins sedentaires et nomades. Les reuvres des armuriers du pays pe- netrerent dans les pays europeens, y exciterent des imitations (par exemple, heaumes, certaines haches de guerre, pointes des fourreaux de glaives). Elles furent surtout appreciees et acquises par les nomades.

L’etude de la technique de guerre russe du debut du moyen age est en quelque sorte, d’une impor¬tance europeene, mesuree (determinee) par la contribution qu’avait apportee la Russie au deve- loppement de la culture d’armes.

К оглавлению книги «Доспех, комплекс боевых средств IX—XIII вв.» | К следующей главе

В этот день:

Нет событий

Метки

Свежие записи

Рубрики

Яндекс.Метрика